Et si nous passions de dépendant à interdépendant ? Partie 3/3


Dans les deux précédents articles, nous avons abordé une façon de vivre aux multiples bienfaits psychologiques, l’interdépendance. Cette interdépendance devient positive lorsqu’on ajoute quatre compétences émotionnelles qui sont la bienveillance, la gratitude, l’admiration et la compassion. Mais également si nous optons pour des relations sociales épanouies. En effet c’est par les autres que nous pouvons grandir. C’est ce que nous allons voir dans ce dernier article.


Dans une société qui glorifie l’indépendance et l’esprit de compétition, il est difficile de reconnaître notre incapacité à nous en sortir tout seuls. Et pourtant nous avons besoin les uns des autres, nous avons besoin de partager nos difficultés comme nos réussites. En stimulant le bien-être, en améliorant la régulation des émotions, en renforçant le vécu des expériences quotidiennes, les liens sociaux solides entraînent de nombreux bienfaits sur la santé physique et mentale. Cette toile relationnelle doit-être composée de tout les membres qui nous font du bien comme la famille, nos amis, nos collègues, nos voisins et les futures rencontres. Un réseau de personne avec qui nous sommes suffisamment en confiance pour entreprendre une vie active au sein de la société. Chaque membre du réseau vivant en interdépendance positive agit comme un protecteur pour l’autre.

Ce lien social sincère et bienveillant renforce l’impression que la vie a un sens, il régule les émotions en apportant de la sécurité dans les relations, il aide la maîtrise de soi et pour finir le lien social module notre expérience de vécue au quotidien, notamment dans les épreuves. C’est dans les situations difficiles que nous avons besoin de nos proches pour nous soutenir, nous encourager et nous donner confiance. Et c’est aussi dans les moments de joie, que nous avons besoin de nos proches comme catalyseur pour profiter et partager des évènements positifs de notre existence.


L’interdépendance apporte beaucoup de bienfaits mais il est difficile de maintenir l’équilibre dans les relations humaines. Celles-ci peuvent vite devenir asymétrique lorsqu’une personne attend tout de l’autre et considère qu’il devrait combler tous ses besoins. Des attentes excessives engendrent des craintes chez le partenaire, qui a davantage tendance à s’écarter, se qui pousse l’individu dépendant à s’accrocher encore plus. Le déséquilibre peut être causé par la peur d’être jugé par les autres ou la peur de trop s’attacher à eux. Ce sentiment négatif peut restreindre les relations sociales et diminuer le sentiment de bien-être.


Pour trouver l’équilibre dans l’interdépendance, il faut cultiver la confiance en soi et aux autres, être capable de demander de l’aide sans se sentir affaibli et continuer à développer ses propres projets de manière autonome pour mieux les partager. Dans le couple c’est accepter la dépendance de l’autre et d’être présent lorsque le partenaire exprime un besoin d’aide. Plus le partenaire se sentira en confiance, moins il aura besoin d’être sans cesse rassuré.


L’interdépendance positive est un exercice à pratiquer au quotidien. C’est prendre conscience de nos dépendances mutuelles et nous en réjouir. C’est se sentir pleinement humain, heureux et solidaire.


L’Agence 1+1 est présente pour vous aider dans vos relations humaines et vous apporter un regard positif sur le monde qui nous entoure. Nous serons à vos côtés pour vous écouter, vous conseiller et vous accompagner dans votre souhait de s’ouvrir aux autres et d’avancer. Trouvons aujourd’hui votre Amour pour demain.


Parce que la vie doit être joyeuse, je vous invite à vous libérer sur cette chanson « Happy » de Pharrell Williams - https://youtu.be/ZbZSe6N_BXs

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le virtuel transforme le couple romantique en objet de consommation. La relation amoureuse doit-elle être vue comme un achat internet ?