Les années qui passent nous rendent-elles plus sage ? Partie 1/2


Socrate affirmait l’idée suivante, « tu deviendras plus riche en sagesse à mesure que tu avanceras en âge ». Cette vertu est effectivement le privilège des seniors mais quand est-il vraiment ? Lorsque l’on regarde le monde tourner, il est difficile de croire que l’espèce humaine est programmée pour la sagesse, malgré que celle-ci demeure depuis l’Antiquité un idéal de vie.


Tout d’abord, il est important de comprendre qu’être sage n’est pas forcément un signe de sagesse. En effet, un enfant qui refoule ses pulsions actives pour donner satisfaction à ses parents à plus de risque d’être menacé de névrose qu’un enfant dont les pulsions s’expriment librement et qui peut être vu comme un petit diable. Dans la chronologie, la naissance est l’ouverture au monde, l’enfance est une période d’apprentissage, l’adolescence l’âge des tempêtes et c’est à l’âge adulte que l’on commence à se chercher soi-même, quitte à se tromper et à tourner en rond. Au fil des années nous prenons de la maturité et c’est à partir de nos 50 ans que l’on commence à arrêter de se demander ce que l’on vaut pour laisser place à une certaine plénitude. On peut enfin profiter du temps en se disant « J’ai fait énormément de choses, il m’en reste beaucoup à faire et je n’ai plus besoin de faire mes preuves. » C’est cette envie d’être soi-même, cette rencontre avec soi qui apporte une certaine sagesse de vie.


Mais le problème est que le rythme soutenu de notre monde nous encourage à continuer à nous cacher derrière des images d’emprunt permettant de rester dans la course et de nous adapter aux exigences sociales. La tentation de renoncer à cheminer vers soi, vers plus de sagesse, recul au fur et mesure que le monde progresse. Aujourd’hui, à 65 ans, nous nous sentons avec 20 ans de moins. A 40 ans, nous tendons à nous percevoir plus jeune de 9 ans. Les quinquagénaires ont fréquemment des envies similaires à celles des adolescents, l’envie de se réaliser, de se trouver. De sentir le souffle d’une deuxième jeunesse. D’ailleurs, à quel âge est-on vieux ? Dans l’imaginaire collectif, la vieillesse se situe plutôt après 80 ans, mais nous constatons que certaines personnes semblent déjà vieilles à 40 ans, quand d’autres ont l’esprit vif à 90 ans. Il n’y a donc pas de règle si l’on sait faire la différence entre vieillesse mentale et vieillesse physique. Entendez-vous les sirènes de la jeunesse éternelle ? La suite dans notre prochain article.


L’Agence 1+1 est présente pour vous aider à garder une jeunesse mentale grâce aux loisirs et aux rencontres. Nous serons présents pour vous écouter, vous conseiller et vous accompagner dans votre souhait de s’ouvrir aux autres. Trouvons aujourd’hui votre Amour pour demain.


Parce que la musique peut changer le cerveau à tout âge et que l’on peut allier 17ème et 21ème siècle, Baroque et Hip-Hop, je vous invite à prendre le temps d’écouter et de voir cet air d’opéra - Les Indes Galantes de Rameau - https://youtu.be/TfQJZ76WR0U.

0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le virtuel transforme le couple romantique en objet de consommation. La relation amoureuse doit-elle être vue comme un achat internet ?

La rupture amoureuse ne doit pas être vu comme une fatalité à mettre de côté mais comme une période nécessaire au renouveau amoureux.